Témoignages >

Rassemblement national des jeunes religieux et religieuses

Les 28 et 29 janvier 2012, six cent jeunes religieux et religieuses contemplatifs et apostoliques, français et étrangers, venus de cent soixante congrégations/monastères différents se sont rassemblés, à l’initiative de la Corref (Conférence des religieux et religieuses en France) et dans la dynamique de « 2012 : promotion de la vie consacrée », pour vivre un temps fort intitulé : « Brother and Sister Act, missionnaires de l’espérance ».


Six Religieuses du Sacré-Coeur de Jésus (de moins de 45 ans et de mois de 15 ans de voeux) ont participé à cet évènement. À Rueil-Malmaison, en région parisienne, elles ont participé aux temps de prière, de rencontres fraternelles, de forums et de débats sur les défis de la société et de l’Église posés aujourd’hui à la vie religieuse. Puis avec tous les participants, elles se sont rendues sur le parvis de Notre-Dame de Paris pour danser dans une flash-mob géante : une belle façon d’interpeller touristes et badauds sur la vitalité de la vie religieuse !


« Toutes ces personnes essaient de répondre à l’appel du Seigneur ! »
Muriel, Religieuse du Sacré-Coeur de Jésus« J’avais envie de participer à ce rassemblement, car c’est intéressant et encourageant de rencontrer d’autres religieux(ses) : nous ne sommes pas seuls sur ce même chemin ! C’est donc avec enthousiasme, accompagnée d’une sœur du Saint-Sacrement (de Valence), que j’ai quitté Lyon et que je me suis rendue à Paris (Rueil-Malmaison) ce vendredi 27 janvier .


Ce qui m’a le plus touchée, c’est la diversité impressionnante de communautés religieuses représentées ! À un moment où nous nous trouvions dans la chapelle, en regardant cette assemblée, j’ai pris conscience à la fois de nos différences et de nos ressemblances, j’ai pensé : « Dire que toutes ces personnes essaient de répondre à l’appel du Seigneur ! » C’est sans doute cela qui m’a le plus touchée en relisant aujourd’hui ce week-end. Pour illustrer cette diversité, je citerai quelques exemples concrets :


J’ai rencontré des Clarisses (de Vermand) dans le bus, j’ai logé dans une chambre avec des religieuses de l’Assomption, j’ai pris un repas avec une Carmélite (du Carmel de Verdun), une autre fois avec des personnes du Chemin Neuf , et le dernier repas avec un petit Frère de l’Évangile et des Dominicains ! J’ai eu un fou-rire avec une « Fille du Saint-Esprit », un partage avec plusieurs sœurs de l’Institut Saint-Joseph et j’ai revu avec joie des sœurs Auxiliatrices. Tout ceci m’a donné de la joie et un plus grand amour pour notre « chère petite Société du Sacré-Cœur ».


Le train du retour (Paris-Lyon) était rempli de « bonnes sœurs » et j’ai eu une longue discussion avec une Salésienne de Don Bosco et une sœur du Christ (que je connaissais auparavant) autour du discernement spirituel ! Vous voyez ! Les voyages forment la « jeunesse » (religieuse) !
Je rends grâce à Dieu pour ce rassemblement « vivifiant » et je remercie celles et ceux qui en ont été les porteurs ! »
Murielle, rscj


« Émerveillée de notre diversité religieuse »
Amélie, Religieuse du Sacré-Coeur de Jésus« Des voiles noirs, blancs, des scapulaires, des pulls rouge, vert, bleu, rose, des jeans, des jupes grises… Au premier regard, c’est la diversité qui m’a frappée. Diversité de congrégations, diversité de spiritualités, diversité de missions et de personnes. Et au sein même de ces différences, durant ces deux jours passés ensemble, j’ai pu sentir profondément ce qui nous réunis, Celui qui nous fonde, nous enracine dans chacune de nos réalités.


J’en retiens trois moments forts. Les prières et eucharisties où avec nos sensibilités, nos expressions différentes, nous nous sommes mis à l’écoute d’un seul Cœur qui nous anime. La conférence « comment être missionnaires d’espérance comme jeunes religieux » dans notre monde d’aujourd’hui nous a provoqué et confirmé dans notre désir de rejoindre notre société et de témoigner, chacun à sa manière, du Christ qui nous fait vivre. Nos partages formels et informels au détour d’un couloir, d’un repas, d’un match de basket ou encore des répétitions de la flash-mob nous ont permis d’échanger sur nos aspirations, nos apostolats, nos difficultés et des défis de la vie religieuse.


Je ressors de ce rassemblement émerveillée de notre diversité religieuse, de la vitalité et de la joie ressentie. Je suis encore plus confortée dans l’importance du dialogue entre congrégations pour mieux comprendre nos différents langages, nos approches du monde d’aujourd’hui et de nous sentir tous membres d’un Corps.


Et comme nous l’avons répété plusieurs fois lors de ce week-end, oui, la vie religieuse peut rendre une vie pleinement heureuse ! »
Amélie, rscj


« Témoigner de sa joie »
Sophie, Religieuse du Sacré-Coeur de Jésus« Ce rassemblement était l’occasion de rencontrer des religieux tout azimut ! En particulier, cela m’a permis de rencontrer quelques moines ou moniales, de rencontrer des religieux avec d’autres sensibilités et de nous accueillir mutuellement, de partager… C’est aussi manifester la vitalité de la vie religieuse, témoigner que suivre le Christ rend heureux ces hommes et ces femmes…


Mon attente principale était de rencontrer des frères et sœurs et d’échanger, de partager… J’étais aussi en charge de l’animation d’un forum, « rejoindre des jeunes aux frontières de la société : Casse tête, casse pied, coup de cœur » avec Sophie Mathis (Providence de la Pommeraie) et Sébastien Robert (Salésien). Cela nous a permis de nous connaître davantage, de travailler ensemble, de partager nos expériences, et d’avoir la joie de permettre à la bonne trentaine de participants d’échanger sur ce thème.


Un moment fort a été la matinée du samedi avec des témoignages variés, dont celui du Père Jean-Pierre Longeat, Abbé de Saint-Martin de Ligugé, président de la Corref, qui a répondu à la question : « Quels sont les lieux où je me sens appelé de manière urgente à être, personnellement et en communauté témoin et missionnaire de l’espérance ? » En pointant 3 priorités :
- Proposer des alternatives de solidarité, de fraternité, de partage : « Moines ou Sœurs en HLM, même combat, de proximité, de présente, de solidarité, de partage. À tel point que des projets inter-congrégations deviennent possibles sous cet angle. »
- Le domaine de la culture : « le rendez-vous de l’inspiration et du travail qui sont les deux ingrédients de la culture humaine, sollicite le savoir-faire culturel de l’Eglise. Tout au long de l’histoire, celle-ci a joué un rôle majeur en ce domaine, il me semble qu’il pourrait être poursuivi et qu’il permettrait de passer heureusement les diverses crises que nous sommes appelés à passer. »
- La création de pôles spirituels, dans des communautés assez dispersés. Que la vie religieuse, avec d’autres, puisse contribuer au ressourcement des chrétiens.


J’ai eu l’occasion de déjeuner avec une jeune chinoise, en formation en France. Sa joie était grande de pouvoir échanger, de rencontrer d’autres religieux, de pouvoir parler de sa foi. La moitié de ces jeunes religieux viennent de Madagascar, d’Asie, d’Afrique… et a rendu visible que l’un des services que rend l’Église d’Europe à ces jeunes est la possibilité d’une formation, d’études de théologie. Ce fut une joie d’entendre leurs voix, leurs ‘youyou’ à la fin de la célébration !


La facilité avec laquelle les uns et les autres se sont prêtés au jeu de la flash mob est le signe pour moi d’une vie religieuse qui ne craint pas de témoigner, de témoigner de sa joie en usant des outils en vogue !


Ce rassemblement m’invite à vivre le quotidien avec cette invitation à être missionnaire de l’espérance, et pour cela, comme nous y invitait la liturgie en début d’année : « Que le Seigneur fasse briller sur nous son visage » (Nbres 6, 25)


Ou encore, en reprenant les mots de Sainte Madeleine Sophie « Aimez beaucoup Jésus, que son nom résonne par toute la terre, maintenant c’est le moment. Que l’amour soit votre mission pour toute l’éternité ! »
Sophie, rscj


Flashmob "Brother & Sister Act, missionnaires... par corref