Témoignages >

Sandra

A la rencontre de Sandra Delaveau…
Religieuse du Sacré-Cœur depuis deux ans et responsable d’aumônerie auprès de jeunes sur la paroisse de Charenton (94)


Sandra, qu’est-ce qui t’a amenée à devenir religieuse du Sacré-Cœur ? Qu’est-ce qui t’a attirée dans la spiritualité, le charisme ?


Je me souviendrais toujours de ma première rencontre avec des religieuses du Sacré-Cœur… Je me suis dit : « ces femmes sont remarquables, on a besoin de femmes comme cela dans le monde ! ».

J’avais été invitée car je recherchais une accompagnatrice spirituelle. A table, j’ai été touchée par le climat de bienveillance et de réelle écoute qui se dégageait de nos conversations, tout cela avec beaucoup de spontanéité, de simplicité, de joie et d’humour.

J’ai découvert des femmes à l’écoute du monde, des personnes, joyeuses avec un regard qui va au cœur des événements, des situations pour y lire les germes de vie présents et les accompagner vers la croissance. Un regard tourné vers la Vie, vers l’espérance car enraciné et uni au Christ.

Lorsque je suis repartie, je me suis dit en moi-même : « Ouah, j’ai pas envie d’être religieuse mais si je devais l’être ce serait chez elles ! », cela car j’avais fait l’expérience d’un regard d’amour posé en vérité et dont le monde a tant besoin.

Depuis plusieurs années déjà, j’étais attirée par le Cœur de Jésus au travers de la communauté de l’Emmanuel et de Paray le Monial. Mais découvrir l’approche de notre congrégation, cela a été pour moi comme approfondir et « réaliser » mon désir d’aimer le Cœur de Jésus. C’est-à-dire apprendre à se mettre à l’écoute et à découvrir son Etre profond dans la Parole de Dieu mais aussi dans tout ce que nous vivons de rencontre avec les personnes et dans la création.

En devenant religieuse du Sacré-Cœur, j’ai unifié en moi cet élan d’union intime à Jésus à celui d’être au service de la croissance humaine et spirituelle, particulièrement des jeunes, car le désir le plus profond de Jésus n’est-il pas « que les hommes aient la vie et qu’ils l’aient en abondance » (Jn 10,10) ?


Après avoir prononcé tes premiers vœux il y a deux ans, comment as-tu vécu ce premier « envoi » dans une communauté et avec une nouvelle mission ?


Faire l’expérience d’être « envoyée » en communauté et dans une mission est très beau ! Cela fait sentir que ce n’est pas moi seule qui décide d’aller dans telle mission car j’aime ce lieu mais c’est le Christ même, par l’intermédiaire de la Congrégation, qui m’y appelle, m’y envoie et m’ y accompagne pour partager sa vie à ceux auprès de qui il m’envoie.

Ce n’est pas « ma » mission qui m’appartiendrait, mais j’entre dans ce service de la mission du corps, de celle du Christ. Cela nous unit également fortement comme sœurs entre nous, car nous sommes envoyées en vue d’une même mission : « glorifier le Cœur du Christ par le service de l’éducation ».

Bien sûr, ne nous voilons pas la face, parfois cela peut aussi être déstabilisant ou décapant durant un temps, l’obéissance est le dialogue mutuel et l’écoute ensemble de l’Esprit Saint, le laissant œuvrer en nous, il nous fait aller plus loin non par nos propres forces mais par sa puissance qui se déploie en nous.

Qu’est-ce qui te fait vivre ?


Tout ce que je viens de dire précédemment ! Mais je le reprendrai de la manière suivante : « DECOUVRIR et MANIFESTER l’amour du Cœur de Dieu ».